top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurMaeva Bonachera

Reconnaître le jeu entre Les toutous



Partie anecdotique que vous pouvez passer :


La dernière fois je me promenais avec un particulier et sa femelle Akita Inu dans la forêt de Rueil. J’avais mon petit groupe de chien et j’observe méticuleusement le comportement de sa chienne, car j’adore les chiens nordiques et qu’il fut un temps, je voulais un Akita. Et j’ai remarqué que sa chienne avait des interactions avec mes chiens en promenades, mais rarement de façon très pérenne. Je la trouvais soit trop brusque, soit trop bruyante, soit mal à l’aise.

Quand je ne connais pas un chien, il me faut plus de temps pour le comprendre, et je préfère toujours être prudente dans mes interprétations, de peur de me tromper (d’autant que les chiens primitifs sont parfois trop rapide dans leur communication, et il faut être TRES à l’écoute).


J’interviens alors plus d’une fois dans les interactions, juste en prononçant le noms des miens pour les inciter à stopper l’interaction ou juste à redescendre en excitation, sans oublier d’en reprendre carrément en laisse si besoin est (mais je ne m’occupe pas de l’Akita, j’estime que ce n’est pas mon rôle s’il ne me le demande pas).

L’humain de l’Akita me dit alors à plusieurs reprises « Non mais ne t’inquiètes pas, elle joue toujours comme ça, en grognant et tout» Et moi qui lui répond « Je ne m’inquiète pas, je ne connais juste pas assez ta chienne ni sa patience pour dire si ça peut partir, alors comme ça monte en excitation, je préfère calmer le « jeu » maintenant. D’ailleurs, tu devrais faire attention, car je pense que tu te trompes, ta chienne ne jouait pas ».

Surpris, son humain m’affirme que si, elle jouait. J’ai fait plusieurs balades avec ce monsieur et je prends plaisir à lui expliquer les subtilités du langage canin. La fois suivante, en début de balade, sa chienne interagis avec une des miennes que je connais maintenant très bien : la mienne est mal à l’aise et ne semble pas comprendre l’Akita. L’Akita est assez brusque, carre les épaules et possède une stature très rigide, elle va même jusqu’à montrer les crocs discrètement. Pourtant, aucune des deux chiennes ne semblaient excitées, et aucune n’a fait de réel appel au jeu.

Cette fois, j’interviens sans l’avis de son humain et demande à l’Akita de laisser ma chienne (à ce moment, seule l’Akita était fautive dans son comportement, je n’avais donc aucune raison de recadrer la mienne qui cherchait seulement à la fuir), car c’en est une capable de monter dans les tours si elle se sent « agressée », et j’ignore si l’Akita tolèrerait d’être remise à sa place.

À nouveau, son humain me dit qu’elle « jouait ».

Je lui ai répondu « Tu es certain de toi ? Regarde, j’ai demandé à ta chienne de laisser la mienne, et bizarrement aucune des deux ne revient communiquer, et elles se regardent du coin de l’œil. En plus, la mienne a de la pilo-érection (la crête hérissée sur le dos). »


Après cet échange, j’en ai profité pour lui rappeler les règles du jeu entre chien.


Voici les 10 règles à respecter (à mon sens)



Règle numéro 1 : Les rôles doivent s’échanger !

Pour que l’équilibre du jeu soit maintenu, ça ne doit pas toujours être le même chien qui semble « dominer la situation ». C’est d’ailleurs pareil chez les enfants


Règle numéro 2 : Les pauses, tu n’oublieras pas !

Quand des chiens échangent un vrai jeu, ils mettent en place des « temps morts » qui semblent permettre une remise des compteurs à zero, comme pour s’assurer que les deux chiens sont toujours consentants. Si vous faites attention, vous verrez qu’ils détournent souvent le regard (au moins l’un d’eux), reniflent ou s’immobilisent. Parfois, le jeu repart, parfois il s’arrête : la balance a penché pour l’arrêt du jeu.


Règle numéro 3 : Un c’est bien, deux c’est mieux, trois c’est trop !

Vous observerez qu’il est bien rare de voir 3 chiens jouer en même temps. Et pour cause : l’équilibre ne semble pas fonctionner quand un troisième s’immisce dans la boucle ! Souvent il est ignoré par les deux autres, se comporte mal, (mort des jarrets discrètement, aboie sur le duo…), ou ajoute un grain de sel qui augmente l’excitation et ça part en course poursuite. Ca ne veut pas dire qu’à trois, c’est interdit, toutefois, veillez à ce que ce 3e loustic ne casse pas la belle interaction si elle est là, ou n’envenime pas la situation si celle-ci dérape déjà !


Règle numéro 4 : la course Poursuite est un vilain défaut.

Cette règle n’est pas figée et il est important de prendre l’ensemble du cliché en considération, mais quand un chien part en course poursuite, c’est rarement du jeu. Souvent, c’est pour fuir l’ami devenu « adversaire » parce que le chien ne trouvait plus d’alternative gérable. Il risque ainsi de se mettre en mauvaise posture (se blesser ou se faire croquer l’arrière train par l’autre chien qui ne se sera pas contrôlé par inadvertance, ou juste se faire très peur en ne sachant pas comment s’arrêter).

Cela peut aussi être une manière d’exprimer un trop plein d’énergie et d’excitation, en ce cas ce n’est pas forcément mieux car on entre dans un cycle infini d’excitabilité.


==> Reconnaitre une "bonne" course : le chien suivi n’a pas forcément la queue entre les jambes et ne court pas pleine balle, les pauses peuvent être respecté et il n’y a pas de gros roulé boulé quand ça se stoppe.

==> Dans le doute, n’encouragez pas ce type de comportement et empêchez d’autres chiens de s’ajouter : 1 chien pourchassé par plusieurs peut causer un comportement de prédation qui n’est pas bon du tout.



Règles numéro 5 : On ne joue pas au Roi lion !

Je parle de roi lion car dés que je suis témoins de cette scène, celle du dessin animé me revient toujours en mémoire (ou plutôt devrais dire CELLES).

Quand deux chiens finissent sur leurs pattes arrière et se battent comme Scar et Simba, c’est que l’excitation monte trop haut ! Les chiens perdent souvent le contrôle , ça s’essouffle et plus personne ne respecte l’autre. Si le jeu ne s’arrête pas après ça et que monte en excitation, il faut stopper l’interaction.



Règle numéro 6 : Grogner n’est pas un danger !

Souvent, les gens s’inquiètent quand deux chiens grognent pendant un jeu. Il ne faut pas TOUJOURS s’inquièter, car certains chiens ne savent plus jouer autrement qu’en grognant. Pour faire la différence, il vous faudra observer le chien qui grogne, voir la situation dans son ensemble et demander à l’humain du chien qui grogne si c’est normal.

Mais inutile d’interdire un chien de grogner, ce serait mal venu de l’empêcher de communiquer.

Pour autant, les chiens qui grognent dans le jeu ne rassure pas le chien en face et peut mettre mal à l’aise. Si votre chien commence à grogner pendant le jeu, il y a peut-être un trop plein d’excitation : mieux vaut l’arrêter là plutôt que l’habituer à grogner. Chez les chiots dans leurs portées, ils apprennent la communication en se battant, et le grognement s’invite souvent dans la portie, mais peut finir par le couinement du chiot d’en face : je pense que c’est une légère dérive de l’imitation d’une querelle (il faut pratiquer pour savoir comment s’engueuler :p) . Pour autant, c’est une habitude qu’il est préférable de se débarrasser 😉


Règle numéro 7 : Bien observer la gestuelle des DEUX chiens

On ne se rend pas compte, mais parfois, un chien est débordé plus vite qu’on ne le pense et l’autre n’écoute pas. Si vous avez un doute mais qu’un chien semble dépassé, intervenez quand même et voyez si le jeu repart en douceur.


Règle numéro 8 : Un chien harcelé peut retourner au contact du harceleur !

Parfois, vous l’avez remarqué, un chien semble « victimisé » par un autre : c’est quand les rôles ne s’échangent JAMAIS.

Et vous l’avez peut-être déjà vu, mais en stoppant le harceleur, sa « victime » peut revenir au contact. Ce n’est pas parce qu’il le fait qu’il a apprécié l’interaction d’avant ! Je vois plus ça comme un cycle infernal de l’excitation : elle est montée si haute que le chien débordé cherche un moyen de faire pencher la balance. Dans ce cas là, on reprend les deux en laisses jusqu’à ce qu’ils ne se préoccupent plus l’un de l’autre, et on les relâche. Mais on ne laisse surtout pas ce type d’interactions se poursuivre, ça donne de mauvaises habitudes aux deux où plus personne ne s’écoute !



Règle numéro 9 : Ne faites pas jouer les chiots essentiellement avec des chiots !

Ils sont jeunes, ils apprennent, et si aucun n’a l’age et l’expérience pour savoir comment jouer, on habitue les chiots à être perpetuellement dans un surplus d’excitation. Mieux vaut intégrer des adultes connaisseurs des interactions sociales canines 😉


Règle numéro 10 : Laissez les chiens communiquer !

N’intervenez pas systématiquement dans une interaction, laissez apprendre de leur erreur, mais interrompez si ça déborde. 😉


J’espère que cet article a su vous aiguiller et que vous ne regarderez plus jamais les jeux de vos chiens de la même manière !

239 vues0 commentaire

Comments


bottom of page